01 83 64 28 56
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mesdames, tentez votre chance ! Nos « chers » séniors : accrochez-vous !

Voici bien 2 thèmes qui me sont chers : la place des femmes et des séniors dans notre société économique

Les temps changent pour les femmes aussi sur le marché du travail. Aujourd’hui, de plus en plus de grands groupes, soumis à une forte pression sociale et économique, incitent leurs RH et Managers à recruter du personnel féminin pour atteindre un équilibre dans leur quota Hommes-Femmes. Il y a enfin une prise de conscience qu’une mixité profiterait à tous…

 Pour atteindre cet objectif, les grands groupes sont même prêts à ouvrir considérablement leurs critères de sélection pour accueillir des candidatures féminines. En effet, cette situation est d’autant plus vraie dans les environnements techniques ou technologiques pour lesquels les femmes se font malheureusement encore trop rares. Pour les séduire, les grands groupes déroulent leurs tapis rouges et mettent en avant leurs plus beaux arguments, quitte à faire de la « discrimination positive »… Alors Mesdames tentez votre chance, des opportunités sont à saisir !

Il faut néanmoins bien noter que cette situation profite avant tout aux jeunes diplomées, pour qui tout reste à apprendre. Pour des postes plus confirmés, l’ouverture est probablement moins évidente. Pour ce type de poste, l’enjeu de la compétence reste un pré-requis, accepter de sortir de son cahier des charges est une démarche moins facilement acceptée… Est-ce légitime ? Doit-on faire de la discrimination positive à tout prix ? Le fait d’être une femme doit-il conférer un avantage systématique ? Est-ce cohérent de devoir respecter ces quotas d’équilibre Hommes-Femmes à tout prix ? ces questions se posent… Nous pourrions en effet l’appliquer dans le sens inverse, dans des métiers où les candidatures masculines manquent. Ne devrait-on pas appliquer ces mêmes quotas ? Pourquoi n’est-ce pas imposé de la même façon ? Doit-on forcément tout régir ? 

Être une femme, dans un monde de performance, ne doit pas être un argument, mais cela ne doit pas être un frein si le parcours et les résultats sont là !

L’enjeu ne réside-t-il pas ailleurs ? Comment donner davantage envie aux femmes d’épouser des carrières scientifiques ou techniques et aux hommes d’accéder aux métiers d’assistanat, de la communication, des RH, du social… qui restent des métiers historiquement très féminisés.

De la même façon, comment permettre aux femmes d’accéder aux plus hautes fonctions d’une entreprise ? Quels ajustements et/ou changements culturels réinventer pour que cela soit compatible avec la vision que les femmes et les hommes ont des contraintes et avantages de ce type de postes stratégiques. En effet, je reste persuadée que la plupart des femmes n’ont pas tout à fait la même conception et réalité quotidienne de leur équilibre vie personnelle-vie professionnelle que ce qu’impose ce type de responsabilité ou ce que l’on pense que ce type de fonction impose. Est-ce finalement uniquement une question de fonction ou en partie une question de mentalité ?... Voici un autre débat à ouvrir…

Pour toutes les minorités, lever les freins, accompagner le changement est toujours un challenge.

Nous sommes là pour nos séniors, tellement mal perçus en France. Mais oui, il faut se le dire sans se mentir !

S’il y a bien une catégorie de candidats confrontés à la discrimination, se sont bien nos séniors ! Et il faut être honnête, nous avons beaucoup de mal à le dire et le reconnaître. Nous nous cachons avec une facilité déconcertante derrière le fameux « potentiel » du candidat, qui ne serait pas compatible avec une certaine expérience… Mais est-ce réellement une question d’âge ? Honnêtement, ne devrions pas plutôt parler du potentiel à couvrir le poste avec réussite !

Pour évoluer sur le marché du recrutement depuis près de 20 ans, je n’observe, à mon grand regret, aucune évolution sur le sujet des séniors. Bien au contraire, nous considérons aujourd’hui un sénior dès 45 ans dans une époque où l’on repousse sans cesse l’âge de la retraite…

J’avoue être à la fois attristée et choquée par ce constat.

Je crois fermement que nous ne donnons pas les moyens aux séniors et aux entreprises de se rencontrer pour faire évoluer les idées reçues. Il me semble que nos instances politiques devraient davantage se pencher sur ce sujet, qui nous reviendra en pleine figure comme un boomerang « tard ou tôt »…

Pour rester sur une note positive, il y a des Dirigeants et Managers capables de tenter l’aventure avec des séniors, notamment parce qu’ils croient en la valeur de l’expérience et il s’agit très majoritairement des PME.

Notre chance, est que les PME restent notre 1er employeur en France...